L’apnée du sommeil: sous diagnostiquée en France!

cpapL’Institut National de Veille Sanitaire vient de publier un article « Le syndrome d’apnées du sommeil en France : un syndrome fréquent et sous-diagnostiqué.

Les données de deux enquêtes déclaratives (Enquête santé et protection sociale (ESPS) 2008 en population générale et Entred 2007 (Échantillon national témoin représentatif des personnes diabétiques) chez les diabétiques ont été utilisées.  L’enquête ESPS a été faite sur un auto-questionnaire qui incluait des données sur les troubles respiratoires au cours du sommeil chez les adultes de 16 ans ou plus. Pour la présente analyse, la population d’étude concernait les 12 203 personnes ayant retourné un auto-questionnaire exploitable. La base de données de l’Entred concernait les 3894 diabétiques de type 2 ayant répondu à l’auto-questionnaire postal.  Les signes évocateurs de syndrome d’apnées retenus étaient la présence de ronflements fréquents associés à une somnolence diurne excessive ou à des apnées constatées par l’entourage. Les taux annuels de personnes traitées par pression positive continue (PPC) ont été calculés de 2006 à 2011 à partir des données de l’échantillon généraliste des bénéficiaires (EGB) de l’assurance maladie.

Résultats – En population générale, 4,9% des personnes ont déclaré avoir des symptomes évocateurs de syndrome d’apnée et 2,4% un syndrome d’apnées diagnostiqué. Parmi les personnes ayant des signes évocateurs de syndrome d’apnées du sommeil, seules 15% ont bénéficié d’un enregistrement du sommeil.

Chez les diabétiques de type 2, la prévalence de signes évocateurs de syndrome d’apnées était de 16%,  mais seuls 28% des ces personnes symptomatiques ont eu un enregistrement du sommeil. Néanmoins le taux annuel de personnes traitées par PPC a augmenté entre 2006 et 2011 (+15% par an). En 2011, 0,9% des adultes bénéficiaires du régime général de l’assurance maladie étaient traités par PPC.

Conclusion – Les  signes évocateurs de syndrome d’apnées sont fréquemment retrouvés et sous-explorés en France. Le nombre de personnes traitées par PPC est en augmentation, mais le nombre d’apnéïques traités reste inférieur au nombre de patients apnéïques attendus. Il y a donc un sous diagnostic de la maladie.

Source : Le syndrome d’apnées du sommeil en France : un syndrome fréquent et sous-diagnostiqué. Claire Fuhrman, Xuân-Lan Nguyên, Bernard Fleury, Marjorie Boussac-Zarebska,  Céline Druet, Marie-Christine Delmas. BEH de l’INVS , 20 novembre 2012

Ce contenu a été publié dans Actualités, Actualites SAS. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.