Données épidémiologiques

Selon une étude nord-américaine, 4 % des hommes  et 2% des femmes de la population générale, âgés de 30 à 60 ans ont un syndrome d’apnées du sommeil (SAS), défini comme l’association de 5 apnées ou plus par heure de sommeil et d’une somnolence diurne (Young et al., 1993). Le SAS est particulièrement fréquent chez l’homme d’âge moyen, ronfleur, en excès de poids et/ou  hypertendu. Chez la femme pour laquelle on rencontre les mêmes facteurs de risque, il s’observe plus fréquemment après la ménopause.

Des études plus récentes tenant compte de l’explosion de l’épidémie d’obésité dans les pays industrialisés ont changé ces résultats. L’incidence du syndrome d’apnées du sommeil  dans les pays occidentaux a atteint environ 8%. Une étude de sujets chinois à Singapour a révélé une prévalence estimée à 15%. Elle est de 7,5% en milieu urbain indien pour les hommes d’âge moyen, de  4,5% chez les hommes coréens, de 3,2%  chez les femmes coréennes d’âge moyen, de 8,8% chez les hommes malaisiens et 5,1% chez les femmes malaisiennes. Il y a donc toujours une prévalence plus marquée chez les hommes. Enfin la prévalence du syndrome d’apnées du sommeil augmente avec le vieillissement.

L'enquête Obépi est réalisée tous les 3 ans depuis 15 ans sur un échantillon représentatif de la population française. En dehors des cadres supérieurs et des professions libérales, on constate d'année en année une augmentation du poids (source: Obepi - Roche).