Quand parle-t-on de syndrome d’apnées du sommeil ?

Nous faisons tous des apnées au cours du sommeil. On parle de syndrome d’apnées du sommeil car le nombre d’apnées par heure devient important et s’accompagne de symptômes. Ainsi il faut plus de  5 apnées ou hypopnées par heure de sommeil, associé à d’autres signes :

– soit une somnolence pendant la journée qui n’est pas expliquée par autre chose (notamment une insuffisance de sommeil, la prise de médicament sédatif, ou  certaine forme de dépression qui entraine une somnolence fluctuante).

– soit deux symptômes parmi les suivants: ronflement sévère et quotidien, sensations d’étouffement ou de suffocation pendant le sommeil, éveils répétés pendant le sommeil, sommeil non réparateur, fatigue pendant la journée, difficultés de concentration, plusieurs levers pour uriner en cours de nuit (on parle alors de « nycturie »).

Au-delà  de 30 apnées-hypopnées par heure, le syndrome d’apnées du sommeil est sévère, et nécessite absolument un traitement.   Il est modéré de 15 à 30 apnées-hypopnées par heure, et léger de 5 à 15 apnées-hypopnées par heure. La nécessité de traiter pour un index d’apnées du sommeil au dessous de 30/h dépend du contexte et des symptômes associés.