Le SAHOS et les avancées thérapeutiques

La SFRMS, dans son communiqué de presse du 28 Septembre 2015 a fait le point sur le Syndrome d’Apnée Hypopnée Obstructive du Sommeil chez l’adulte (le SAHOS) et notamment sur les avancées thérapeutiques.

La fréquence du SAHOS dans la population générale varie entre 4 et 10%. Cependant, on estime que 50% des SAHOS ne sont pas diagnostiqués par méconnaissance des signes évocateurs.

La multiplicité et la gravité des complications liées au SAHOS imposent de progresser dans le diagnostic.
Les chiffres publiés à ce sujet par la SFRMS sont alarmants:
– augmentation du risque de mortalité dans les 5 ans à venir pour les patients avec un index d’apnée/hypopnée > 20 par rapport à ceux avec un index d’apnée/hypopnée < 20 (13% contre 4%).
– 5 fois plus d’accidents de la route chez les patient avec un SAHOS par rapport à la population générale
– 90% des patients avec SAHOS ont une hypertension artérielle associée ;
– 60 à 80% des patients ayant fait un AVC ont un SAHOS sous-jacent ;
– 60% des consultations spécialisées sommeil ont pour origine un SAHOS ;
– 1 patient sur 5 souffrant d’un SAHOS a une dépression sous jacente ;
– le risque d’accident du travail est multiplié par 2 chez les patients avec un SAHOS ;

La PPC est le traitement de référence du SAHOS  de l’adulte. Actuellement 700 000 patients sont appareillés.
Pourtant la SFRMS, dans son communiqué, estime que d’autres thérapeutiques actuellement considérées comme des traitements alternatifs, pourraient être bientôt proposées en première intention, seules ou associées à la PPC.

Afin de proposer la thérapeutique la plus adaptée à chaque patient, une prise en charge personnalisée, pluridisciplinaire et centrée sur le patient est indispensable.

Pour se faire, caractériser le type d’apnée de chaque patient et l’anatomie de leurs voies aériennes supérieures s’avère nécessaire.

La chirurgie des maxillaires et de la langue, exécutée par une équipe expérimentée, a des résultats satisfaisants chez des patients porteurs  d’un défaut anatomique bien défini et un SAHOS peu sévère. Cependant cela reste un traitement de seconde intention après échec des autres thérapeutiques.

L’orthèse d’avancée mandibulaire en première intention est à réserver plutôt aux femmes de moins de 60 ans sans surpoids souffrant d’une apnée positionnelle peu sévère. Elle reste aussi un traitement de seconde intention en cas d’intolérance à la PPC.

L’électrostimulation linguale consistant à envoyer une petite simulation à chaque inspiration afin d’entraîner une contraction, l’avancée de la langue et donc l’ouverture des voies respiratoires, concernerait les patients sans anomalie circonférentielle des VAS, sans surpoids majeur et ayant un IAH≤ 40.
Cette technique n’est pour le moment réalisée qu’aux Etats-Unis mais pourrait arriver en France d’ici 3 ans.

Enfin, certaines thérapeutiques médicamenteuses sont en développement et pourraient être proposées pour les SAHOS non dus à une cause anatomique. En effet on estime que dans 50% des cas une cause non-organique pourrait être à l’origine de l’obstruction des VAS entraînant le SAHOS.

Ce contenu a été publié dans Actualités, Actualites SAS, On en parle, Sommeil. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.
  • jacques

    Je suis étonné de voir que dans toutes les thérapies proposées, il n’est pas question de la position de sommeil. Personellement après être passé par la PPC, canule, orthèse …j’ai solutionné mon problème depuis 8 mois en faisant en sorte de dormir sur le coté et de ne plus me mettre dutout sur le dos. De 30 apnées/h (dont la plus grande dépassait 2 Mnts) je suis tombé à 2 apnées par nuit ! c’est à dire un indice zéro.

  • RESPIRADOM

    Bonjour Jacques, vous avez tout à fait raison, le traitement positionnel peut être une solution pour certains patients qui font des apnées en position dorsale. L’article de la sfrms avait pour but de présenter les « nouvelles thérapeutiques » mais il ne faut bien sûr pas négliger ce qui ce fait déjà!